Brian Cash

Write about what you know and what interests you!
  • Facebook
  • Twitter
  • Google +

Des critiques gastronomiques

Des critiques gastronomiques - Brian Cash

Un nouveau restaurant venait d’ouvrir ses portes, et je voulais goûter leur cuisine. Le gérant et tout le personnel avaient déjà une excellente réputation. Mes amis vantaient la beauté du lieu, et la carte des menus très raffinée. J’avais convié une amie, Léonie, qui aimait la bonne chair. Nous nous retrouvions de temps à autre, dans un établissement renommé pour la qualité de sa nourriture, et nous nous amusions à jouer les critiques gastronomiques ; nous nous étions fixé des thèmes, et nous notions chaque restaurateur avec une grille. J’avais eu cette idée, car je pensais qu’il était plus aisé de fonctionner de cette façon. Nous pouvions évaluer les mêmes critères et la note finale que nous donnerions, chacun de notre côté, aurait un sens pour nous deux. Je rédigeais, à chaque fois, un compte-rendu de notre dîner ou souper, tandis que Léonie faisait de même de son côté.

L’établissement, où je souhaitais emmener mon amie, était dans un quartier extraordinaire par la diversité de ses commerces et son ambiance festive, de jour comme de nuit. Pour un trentenaire célibataire, comme je l’étais, c’était un lieu parfait pour retrouver ses amis, le soir, ou en fin d’après-midi. Mon amie devait passer voir un spécialiste de juvéderm avant le souper. C’était un soir de décembre, et le froid mordant me poussa dans un bar, dont la chaleur me réconforta immédiatement. J’avais pourtant mis des gants, une écharpe et un bonnet, tous en laine, mais l’humidité froide que la neige dégageait, m’avait glacé des pieds à la tête. Je commandais une boisson chaude, et je regardais les actualités qui défilaient sur le grand écran, au fond du bar.

Une image rapide m’interloqua. Je reconnus l’immeuble de Léonie. Un incendie avait endommagé la façade et de nombreux habitants avaient dû être emmenés à l’hôpital. La catastrophe était relayée sur plusieurs chaînes, apparemment. Je n’étais pas le seul à suivre les informations télévisées, le patron du bar paraissait s’intéresser au même sujet. Il monta le son et j’entendis la voix d’une journaliste déclarer que tous les habitants avaient la vie sauve ; je m’empressais d’appeler Léonie. Paralysé par l’angoisse, je n’avais pas osé prendre de ses nouvelles tout de suite. Elle me répondit immédiatement. Elle avait eu la même information que moi, mais par chance, elle était partie plus tôt que prévu pour me rejoindre. Elle arrivait dans la rue du restaurant. Je réglais mes consommations, et je sortis retrouver mon amie.

 

The author:

author

Je suis étudiant universitaire et grande surprise, j'adore le Web. Je me fais un plaisir constant de couvrir un ensemble de sujets avec lesquels j'aime mettre ma touche personnelle. On me dit obstiné, motivé et bavard : je suis donc tout désigné pour être un bon blogueur et un bon membre de la communauté Twitter. Viens me lire, je ne suis pas vraiment sorteux!